Passage de témoin

 

Après des études de droit, Jean Samuel entre à la Banque de France à Lille, travaille dans différentes succursales, se forme à la connaissance des différentes activités bancaires.

Maurice Delubac, envisageant de prendre sa retraite, propose à son gendre de le rejoindre et de lui succéder. Alors, en 1960, Jean Samuel se met en disponibilité et revient au Cheylard. La « banque de l’Eyrieux Maurice Delubac » – sa dénomination officielle, l’Eyrieux étant une rivière qui arrose Le Cheylard – reçoit un renfort de taille. Le passage de témoin se fait en douceur. Liquidité, hérédité, continuité : l’avenir est assuré.

Les Trente Glorieuses sont une période de consolidation pour la banque. La gouvernance familiale est optimisée. Les clients témoignent d’une grande fidélité. Le bassin industriel du Cheylard donne beaucoup d’activité à la banque avec ses dynamiques entreprises du secteur textile, de la bijouterie, de la tannerie.

Pour autant, les années 70 ne sont pas de tout repos. Des réseaux nouveaux se développent, à l’instar du Crédit Agricole ou de la Caisse d’Epargne, qui bénéficient d’activités réservées comme la distribution de prêts bonifiés et exercent de ce fait une redoutable concurrence. Mais Maurice Delubac et Jean Samuel peuvent compter sur la fidélité de leurs clients. Gestion avisée, proximité, expertises, approche « à visage humain » du métier – et toujours les sacro-saintes liquidités ! – leur permettent de maintenir le cap.

banque delubac - inscription - liste banques

Inscription de la banque Delubac & Cie à la liste des banques en 1976

L’année 1976

En 1976, Maurice Delubac décède. Comme par une prémonition, dix jours avant sa mort la banque s’est transformée en société. Elle devient la « banque Delubac & Cie ». C’est une société en commandite simple, un statut qui permet un mode de management moderne et souple. Et c’est donc une société de personnes, qui correspond bien, de par les responsabilités et devoirs qu’elle assigne aux associés commandités (responsables sur leurs biens personnels), à la philosophie exigeante des fondateurs et dirigeants de la banque.

A la création de la nouvelle société, il n’y a qu’un seul associé-gérant : Madame Josette Samuel-Delubac, Jean Samuel étant directeur général. Ce dernier, qui n’a plus à ses côtés son beau-père, va rapidement devoir faire face aux nouveaux défis de la décennie qui s’ouvre.