Les clients apprécient la relation directe, la proximité, cette espèce de «supplément d’âme » qu’offre la banque Delubac

Des spécialisations stratégiques dans la décennie 1990

 

L’avenir de la banque passait par Paris. Mais aussi par une spécialisation de ses activités, une orientation conduite par Serge Bialkiewicz à partir du début des années 90, en plein accord avec MM. Jean et Jean-Michel Samuel. Il commença par le développement des services aux entreprises en procédure collective.

La banque judiciaire n’a pas tardé à connaître un vif essor, stimulé par le recrutement en 1996 d’un binôme venu de la concurrence, formé de M. Olivier Pronost et de Mme Jocelyne Marti. Cette activité est devenue une référence dans le domaine des procédures collectives.

Vers 1992-1993, la banque ouvre un département offrant le service bancaire aux administrateurs de biens et aux syndics de copropriété.

La banque d’entreprise n’est pas en reste, avec une importante clientèle de professionnels du droit et du chiffre.

A la fin des années 90, la banque Delubac renforce à Paris son activité de gestion privée, activité qu’elle a toujours exercée au Cheylard depuis l’origine.

Quels que soient l’expertise sollicitée et le secteur concerné, les clients de la banque apprécient la relation directe, la proximité, cette espèce de « supplément d’âme » qu’ils trouvent avec leurs interlocuteurs de la banque.

banque delubac
banque delubac
banque delubac
banque delubac

Diversification géographique

 

Parallèlement au développement de ses spécialisations et marchés de niche, la banque s’est employée à étendre son rayon d’action territorial. Si la fin des années 80 et le début des années 90 furent marqués par le tournant parisien, les années 2000 ont été caractérisées par un déploiement complémentaire dans l’Hexagone. La carte provinciale a été jouée avec maîtrise via l’ouverture de bureaux à Lyon, à Toulouse (uniquement pour la banque judiciaire) et à Angers pour une ouverture sur le grand Ouest (avec en sus un peu de banque privée).

Par ailleurs, la banque pratique une activité de « correspondant banking » pour des établissements situés hors de la zone euro, notamment sur le continent africain.

banque delubac - maastricht

1992, le traité de Maastricht institue L’Union européenne

banque delubac - serge bialkiewicz

Jean-Michel Samuel-Delubac, Associé Gérant
Serge Bialkiewicz, Associé Premier Gérant
Joël-Alexis Bialkiewicz, Associé Gérant

La gouvernance familiale se perpétue

 

La gouvernance familiale se perpétue et s’est d’ailleurs renforcée en octobre 2010 avec l’arrivée de Joël-Alexis Bialkiewicz, qui, après son doctorat en science, a fait le choix de rejoindre la banque malgré de séduisantes propositions émanant de géants mondiaux des nouvelles technologies. Il a su assimiler très rapidement la réglementation bancaire et s’impliquer au quotidien dans la gestion de la banque, au point de devenir associé-gérant dès la fin 2011.

Quelles perspectives pour les années et les décennies à venir ? Grandir encore, offrir d’autres services à la clientèle en fonction des opportunités qui se présenteront. Mais en conservant le caractère familial de la banque et en restant fidèle à ses valeurs, inchangées depuis maintenant quatre-vingt-dix ans.

C’est ainsi que la banque Delubac peut mettre le cap sur l’avenir avec confiance et audace. Elle est riche de son histoire, des hommes et des femmes qui l’ont construite, de ses clients, de la compétence et du dévouement de ses collaborateurs, de ses savoir-faire. Elle pourrait chanter avec le poète « Je n’ai pas vu le temps passer » et « Je n’ai rien oublié ». Car elle est née en 1924, comme le poète Aznavour. Et elle se dirige tout droit vers son premier centenaire. Nonagénaire et juvénile, elle connaît la musique.

Cap sur l’avenir, en route vers le centenaire !

 

D’un siècle à l’autre, de l’étalon-or à l’euro, des manches de lustrine aux flux dématérialisés, d’une banque créée dans une petite ville d’Ardèche en affaire personnelle à un établissement bien plus important, que de changements ! Mais aussi, quelle étonnante permanence ! La banque a toujours son siège social au Cheylard, où sont hébergés ses services support – informatique, moyens de paiement, direction financière…, qui comptent 75 salariés (sur 175 pour l’ensemble de la banque), alors qu’il n’y en avait que 5 en 1988.

Ses valeurs n’ont pas pris une ride depuis que Maurice Delubac a posé les fondations d’une affaire familiale résolument indépendante, fièrement ancrée dans son territoire, cultivant la proximité et l’amour du métier, et jamais lasse de faire rimer sécurité et créativité. Sans oublier, bien sûr, la liquidité !… Valeurs que n’ont cessé de partager depuis 1988 les deux familles, Samuel- Delubac et Bialkiewicz, aux commandes de la Maison.